Information

START : un projet à la croisée des savoirs

16 avril 2020
Former l’ensemble des acteurs du soin et de l’accompagnement d’enfants et d’adultes présentant un ou plusieurs troubles du neuro-développement (TND) : c'est l’objectif du projet START (Service territorial d’accès à des ressources Transdisciplinaires). Un projet innovant déployé sur les territoires.

START, c’est quoi ?

Le projet START est né en 2016, suite à la publication de l’expertise collective de l’Inserm «Déficiences Intellectuelles» et à l’analyse des politiques publiques menées dans le champ des handicaps cognitifs.

START propose, au travers d’une formation, de palier aux limites identifiées dans l'approche catégorielle (trop exclusive dans la gestion des troubles du neuro-développement) sans toutefois gommer la spécificité de chaque trouble, dont l’autisme fait partie.

Les troubles du neuro-développement (TND) correspondent à un défaut de développement d’une ou plusieurs compétences cognitives attendues lors du développement psychomoteur et affectif de l’enfant. Ils incluent :

  • les troubles du spectre de l’autisme,
  • les troubles du développement intellectuel (déficience Intellectuelle),
  • les troubles du langage ou de coordinations,
  • les troubles des fonctions exécutives et attentionnelles,
  • les troubles spécifiques des apprentissages (lecture, calcul…),
  • et les troubles cognitifs complexes.

Le projet START est en phase avec les différentes réformes engagées ces dernières années, visant à reconfigurer l’offre sanitaire et médico-sociale, autour d’une logique de «parcours» de la personne accompagnée, au plus près de ses besoins. Il est également en phase avec la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement.

START, comment ?

Le projet START a vu le jour autour d’un dispositif de formation de deux fois deux jours et huit modules permettant un tour complet des connaissances récentes sur les TND, depuis leur repérage jusqu’à leur accompagnement, dans tous les domaines (vie quotidienne, éducation, santé).

Les objectifs de cette formation sont triples :

  • Améliorer les connaissances et les pratiques des professionnels,
  • Faire se rencontrer les professionnels qui accompagnent dans des champs différents un public touché par ces troubles,
  • Impulser des collaborations sur les territoires. 

40 spécialistes ont élaboré le contenu de cette formation (médecins, neuropsychologues, soignants, éducateurs, …) accompagnés de parents reconnus pour leurs savoirs expérientiels.

START, où et avec qui ?

L’expérimentation de cette formation a été menée auprès de deux régions pilotes : Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France.

Elle a réuni 256 participants sur 12 sessions (entre 19 et 22 personnes par session). Si le contenu est dense, la formation est reconnue de qualité. Chaque session est animée par un binôme de formateurs aux profils différents : cadres éducatifs, rééducateurs, aidants, médecins... Les stagiaires ont particulièrement apprécié la richesse de cette double approche, qui permet de décaler leur regard et de réfléchir à leurs propres pratiques.

START est porté conjointement par la filière nationale de santé DéfiScience, l'Alliance des maladies rares, l'Association nationale des centres d'action médico-sociale précoce (Anecamsp), le collectif Déficience intellectuelle, la Fehap, Nexem et l'Unapei. L'expérimentation a été financée par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et les ARS Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a également bénéficié de nombreux partenariats locaux pour sa mise en place.

Et l’OPCO Santé dans tout ça ?

L’OPCO Santé a financé deux sessions de formation auprès de ses adhérents au sein des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France.

La participation active de ses équipes techniques aux comités pédagogiques, au recrutement des formateurs et aux comités de pilotage en fait, un partenaire clé dans l'élaboration de ce dispositif innovant.

START, la suite ?

Le 4 février dernier, les acteurs du programme de formation START, se sont donnés rendez-vous au Ministère des solidarités et de la santé pour une journée d’échange autour des premiers enseignements de l’expérimentation et des suites à donner pour permettre de modéliser et pérenniser le projet. L’expérimentation, qui s’est achevée en novembre 2019, est en cours d’évaluation et les conclusions devraient être livrées prochainement.

Des défis majeurs sont à relever pour pérenniser le dispositif :

  • Proposer un modèle économique efficace et efficient pour passer de 250 à 250 000 personnes formées,
  • Impliquer davantage l’Education Nationale dans le projet,
  • Développer un cinquième jour de formation beaucoup plus concret, et pourquoi pas au travers de l’AFEST ?