Les grands enjeux de l’alternance

2 Avril 2021
Dans le périmètre de l’OPCO Santé, peu de conditions étaient réunies en 2020, pour propulser l’alternance et atteindre les objectifs de développement de l’apprentissage. Pourtant, 2020 a été une année exceptionnelle dans ce domaine. Au-delà des aides financières et des adaptations circonstancielles, le regard sur cette modalité pédagogique a changé. De manière pérenne ? En attendant que 2021 confirme la tendance, nous partageons avec vous quelques premières hypothèses.

Les freins liés l’alternance

De manière générale, un premier constat a trait à la perception de la formation en alternance - moins bien perçue que la formation initiale car elle n’aurait pas la même « valeur » pédagogique.

Plus spécifiquement, dans les secteurs sanitaire, social et médico-social, nous le savons, les professions fortement réglementées ne se prêtent pas aisément aux dispositifs en alternance, et cela constitue un vrai frein.

Par ailleurs, la mise en pratique - un volet indispensable dans le parcours d’alternant – implique, dans la majeure partie des cas, du présentiel. Cet aspect de l’alternance compromis par la crise sanitaire est un enjeu de taille pour les organismes de formation qui doivent se mettre en ordre de marche pour digitaliser leurs formations, quand cela est possible, et réfléchir à quel type de blended learning (mix présentiel/distanciel) mettre en place pour être le plus efficace possible.

Enfin, plus simplement, l’alternance est une source de confusion dans sa définition ainsi que dans les dispositifs proposés. Consultez notre encadré « Clés de lecture » plus bas pour tout comprendre.

Un changement de vision

Cela étant dit, le succès de l’alternance est incontestable et les chiffres le démontrent largement. Consultez notre article Bilan de l’alternance 2020 pour découvrir le nombre de contrats mis en place par l’OPCO Santé.

 

Les hypothèses du succès ? D’une part, les tensions de recrutement sur plusieurs emplois de nos secteurs, et de manière évidente dans les métiers du sanitaire et du médicosocial, ont considérablement favorisé le recours à l’alternance - perçue comme une véritable réponse à ces questions. D’autre part, l’approche « apprendre en travaillant » entre plus aisément dans les mœurs. Sur ce point, la réforme de l’apprentissage a fortement instillé cette tendance.

Clés de lecture : Les fondamentaux de l’alternance

L’alternance est avant tout une modalité pédagogique. Il s’agit d’un système de formation dans lequel des périodes de formation théoriques alternent avec des périodes de mises en pratiques, mais « l’alternance », ce sont aussi des dispositifs réglementés, dans le cadre de contrats de travail spécifiques, destinés à un public déterminé avec un objectif précis. Ils sont actuellement au nombre de 3 : le contrat d’apprentissage, le contrat de professionnalisation et le dispositif pro-A.

L’OPCO Santé, pleinement impliqué dans le développement de l’alternance

« Le développement et la promotion de l’alternance figurent parmi les quatre missions confiées à l’ensemble des OPCO. Nous en avons fait un engagement majeur », Jean-Pierre Delfino.

 

Pour l’OPCO Santé, le rôle de la promotion de l’alternance est de faire connaître ce dispositif à l’ensemble des adhérents, des jeunes et notamment ceux les plus éloignés de ce type de formation en communiquant sur

  • les différents dispositifs de l’alternance
  • la règlementation
  • les acteurs de l’alternance (CFA, OF…)

Mais aussi : 

  • en favorisant la mise en relation entre les employeurs, apprentis et structures de formation.
  • et bien sûr par le financement. 

Et ainsi faire de l’alternance une véritable voie d’accès à la qualification et une véritable solution aux tensions sur les métiers du secteur.

Les annonces récentes du gouvernement*

Elisabeth BORNE, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, et Brigitte BOURGUIGNON, ministre déléguée chargée de l’Autonomie, ont réuni fin mars les opérateurs de compétences Santé et Cohésion Sociale pour "dresser un bilan des actions menées en matière d’emploi et de formation professionnelle et pour dessiner des perspectives dans un secteur en première ligne dans la crise sanitaire."

Dans le cadre du plan de relance de l’économie française, Elisabeth BORNE et Brigitte BOURGUIGNON ont rappelé la nécessité de rendre attractifs les métiers du secteur sanitaire et médico-social, compte tenu du défi du vieillissement de la population. Dans cette perspective, les ministres ont souligné leur initiative de financer des parcours de formation. 

L'OPCO Santé sera partie prenante de cette initiative et communiquera auprès de ses adhérents, au fil des annonces du gouvernement. 

 

* source : communiqué de presse du 30 mars 2021 travail-emploi.gouv.fr